Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



"On appelait socialistes en 1847, deux sortes de gens. D'abord les adhérents des différents systèmes utopistes, et notamment les owenistes [disciples d'Owen] d'Angleterre, les fouriéristes [disciples de Fourier] en France. Ils ne formaient plus alors que des sectes agonisantes. D'un autre côté, les innombrables médicastres qui voulaient, à l'aide d'un tas de panacées, et avec toutes sortes de rapiéçages, supprimer les misères sociales, sans faire le moindre tort au capital et au profit. C'étaient dans les deux cas des gens placés à l'écart du mouvement ouvrier et qui cherchaient plutôt un appui dans les classes «cultivées». Au contraire, ceux des ouvriers qui, convaincus de l'insuffisance des simples bouleversements politiques, réclamaient une transformation fondamentale de la société, se dénommaient alors communistes. C'était un communisme à peine dégrossi que le leur, purement instructif [sic] , parfois un peu grossier ; mais il était assez puissant pour donner naissance à deux systèmes de communisme utopique : en France l'Icarie [pays imaginaire, titre du livre "Le voyage en Icarie"] de Cabet et en Allemagne le système de Weitling. Le mot de socialisme en 1847 désignait un mouvement bourgeois ; le mot de communisme, un mouvement ouvrier. Ce socialisme, du moins dans l'Europe continentale, avait son entrée dans les salons ; pour le communisme, c'était exactement le contraire."

Manifeste du parti communiste",

Tag(s) : #le socialisme français avant 71

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :