Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous connaissons maintenant, dans leurs grandes lignes, sinon dans leur texte, les accords passés entre le gouvernement italien et le Saint-Siège (…). En cet an de grace 1929, la Papauté fait reconnaître par le gouvernement italien la validité civile du mariage religieux. (…). L'enseignement primaire était déjà fortement marqué d'un caractère confessionnel, mais désormais l'enseignent religieux sera également donné dans les écoles secondaires conformément à un programme établi d'accord entre l'État et le Saint-Siège. (…) La religion catholique est proclamée religion d'État.
Sous l'empire de ce Concordat que reste-t-il du principe de la laïcité, quels vestiges subsistera-t-il même en Italie de la liberté de conscience? (…)

Ce qui est important, ce qui est inquiétant pour nous, c'est d'abord qu'après avoir mené contre le fascisme une lutte sourde et tenace, la Papauté le consolide aujourd'hui, lui fournisse, par ses complaisances apparentes ou réelles , l'occasion d'une publicité quasi triomphale, semble proposer en exemple dans tous les autres pays de la Chrétienté l'accord des organisations catholiques avec les factions de dictature. (…) L'Église est immuable. Elle peut céder par nécessité temporaire aux pressions de la Société moderne, mais elle n'a pas cessé de condamner les lois fondamentales. Elle reste l'adversaire de la liberté, quitte à la revendiquer chaque fois qu'elle en peut tirer bénéfice : "La liberté n'est pas notre principe, mais elle est notre bien". Son exigence, ou même son intolérance, n'ont d'autre mesure que son pouvoir.
J'écris tout cela sans joie. J'ai témoigné à maintes reprises que je n'avais nul goût personnel pour la bataille anticléricale. C'est avec une profonde amertume que je la verrais renaître en France. Mais autant nous sommes respectueux de la foi religieuse, autant nous sommes résolus à défendre contre toute entreprise le principe de la laïcité de l'État. Et quand on envisage dans leur rapport des événement comme le pacte de Rome, comme la campagne cléricale d'Alsace, comme l'intrigue qui s'était dissimulée sous les articles 70 et 71, on ne peut se défendre de quelque inquiétude. S'il faut lutter nous ne faiblirons pas dans la lutte. Mais nous n'aurons pas voulu cela."

Léon Blum, Le Populaire, 14 février 1929.
Tag(s) : #textes historiques

Partager cet article

Repost 0