Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Face à la pression du patronat mais aussi des radicaux, le Président du conseil est contraint de mener une pause dans ses réformes. Son gouvernement tombera peu de temps plus tard.
"    Nous n'avons aucun motif pour aucun motif pour abjurer les idées auxquelles l'expérience a jusqu'à présent donné raison puisque le dégel est maintenant un fait acquis, puisque les signes de la reprise deviennent de plus en plus évidents et de plus en plus sensibles.
En réadaptant vos traitements et vos salaires au coût de la vie, nous n'obéirons pas seulement à un esprit de justice; nous appliquerions nos principes .
Mais le devoir impérieux d'un gouvernement est d'établir des ordres d'urgence et de fixer les mesures selon la mesure et l'urgence des difficultés complexes auxquelles il doit parer (…).
    Le Gouvernement se gardera bien de les exagérer devant vous ni devant personne. Mais il ne peut pas les laisser s'aggraver d'avantage sans mettre en péril l'ensemble de l'œuvre qu'il a construit hardiment depuis 8 mois (…).
Il n'a jamais pensé qu'en période de crise ou même durant les premières étapes  du redressement un équilibre budgétaire réel fût possible. Mais il ne peut laisser s'accroître démesurément le déficit sans compromettre le crédit public et il a besoin de ce crédit pour suffire à des charges extraordinaires dont vous connaissez  l'origine et la nature"
Discours radiodiffusé de Léon Blum 13 février 1937
Tag(s) : #textes historiques

Partager cet article

Repost 0