Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
 
 
Lundi, 30 Juin, 2014

La chronique de Gilles Candar. "Il reconnaît le rôle que peuvent jouer des grèves générales à objectifs politiques."

Solidaire des travailleurs, actif dans de grandes grèves ouvrières, qu’il soutient, conseille et critique fraternellement à l’occasion, Jaurès est logiquement confronté à la question de la grève générale. Mot d’ordre autant que forme d’action, celle-ci est popularisée au cours des années 1890 par Fernand Pelloutier, l’animateur des bourses du travail, Aristide Briand, avocat et journaliste socialiste alors très à gauche, et par des syndicalistes souvent libertaires. Elle traduit une aspiration à un moyen efficace de révolutionner la société alors que des modes traditionnels, l’insurrection ou la « journée » révolutionnaire, le suffrage universel depuis 1848, apparaissent trop lents et décevants. Le mouvement ouvrier du temps vit avec le souvenir de la Commune : une mémoire glorieuse, mais aussi le traumatisme de la défaite et la volonté de trouver des moyens d’action plus efficaces.

Jaurès se montre d’abord assez réservé. Cela n’a rien d’exceptionnel pour un socialiste. Les « marxistes » et Jules Guesde en tête sont encore bien davantage critiques face à cette nouveauté susceptible de réduire le rôle du parti pour préparer et guider le mouvement révolutionnaire par l’organisation, la propagande et la participation aux élections. Jaurès admet des grèves générales professionnelles, pour un but déterminé, à condition que celui-ci soit largement compris et soutenu par une large partie de l’opinion. Il faut donc préparer, expliquer, et agir quand « la classe ouvrière, dans la profondeur de sa conscience, a accumulé assez d’énergie et de passion ». Le député de Carmaux pense possibles, voire souhaitables, de telles actions pour la journée de huit heures, l’instauration des retraites ou d’un système d’assurance contre le chômage. Il ne croit pas que ce soit un moyen qui permette de précipiter un changement complet de société, car ce serait jouer dangereusement avec la démocratie, avec la conscience ouvrière. Fondamentalement, il ne croit ni aux « coups de majorité », ni aux « coups de main »… Après 1905, Jaurès approfondit et infléchit ses analyses. Attentif aux événements révolutionnaires en Russie, il reconnaît le rôle que peuvent jouer des grèves générales à objectifs politiques, par exemple dans le cadre d’une stratégie internationale contre la guerre. C’est pourquoi, à partir de 1907, il défend au sein de l’Internationale la grève générale simultanée et préventive comme moyen d’action pour empêcher la guerre, soit pour « abattre un gouvernement de crime », soit pour contraindre les gouvernements à avoir recours à l’arbitrage et les empêcher d’aller jusqu’à la guerre.

source : l'humanité.fr 

Tag(s) : #vu sur le net, #le socialisme français avant 71

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :