Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Léon Blum, Le Populaire, 14 août 1933. "Il n'y a qu'un socialisme." (Œ. LB. T III-2, pp. 571-573.)

Il n'y a qu'un socialisme.

Nous sommes accoutumés depuis longtemps à cette manoeuvre de diversion et de division, généralement fomentée ou encouragée par les pires ennemis du socialisme, et qui consiste à dire: il y a deux socialismes, l'un qui est bon, l'autre qui est mauvais; l'un qui est vivant, généreux, humain, l'autre qui est rigoureux comme un calcul ou comme une construction logique; l'un qui est bien français, bien pensant, "bien de chez nous", l'autre qui est allemand par origine et international par nature .

Nous connaissons cela depuis cinquante ans et davantage. A la faveur du "socialisme national" nous assisterons sans doute à l'un des retours périodiques de cette campagne traditionnelle. La masse des travailleurs ne se laissera pas plus émouvoir par elle dans le présent que dans le passé.

Il n'existe pas deux espèces de socialisme dont l'un serait international et dont l'autre ne le serait pas. Il est impossible de concevoir la réalisation du socialisme autrement que comme une transformation internationale du régime de la production et de la propriété. Il est impossible de concevoir une organisation et une action socialistes qui se limitent et s'enferment dans le cadre national. Un socialisme national ne serait plus le socialisme et deviendrait rapidement anti-socialisme - à moins qu'il ne le fût dès l'origine. Il n'existe pas deux espèces de socialisme dont l'un serait le marxisme et dont l'autre serait... on ne sait trop quoi. Certes, nous ne sommes pas assez ingénus ou pas assez ignorants pour prétendre que dans un monde où tout change, l'oeuvre de Marx et d'Engels soit demeurée immuable et intangible. La doctrine marxiste a changé précisément parce qu'elle est une doctrine vivante. Elle a changé par le passage à travers les esprits et par le contact avec les choses. Mais cependant, elle demeure intacte dans ses lignes maîtresses. Elle n'est ni une métaphysique soumise comme une oeuvre d'art au hasard de la création individuelle, ni une chimie soumise à la loi scientifique du progrès. Elle est avant tout une méthode - une méthode d'observation, d'analyse, d'interprétation de la réalité économique. En tant que méthode, elle n'a pas plus vieilli que les principes de la méthode expérimentale depuis Bacon, Hume ou Claude Bernard. Les lois essentielles que la méthode a permis de dégager n'ont pas plus vieilli que les grandes vues inspiratrices d'un Darwin, d'un Pasteur, d'un Maxwell qui dirigent depuis bientôt un siècle le travail scientifique. Il serait prodigieux qu'on vînt à parler aujourd'hui du marxisme comme d'une conjecture démodée, surannée, au moment même où le spectacle de l'humanité, désolée par la crise, lui fournit la plus poignante, mais aussi la plus évidente et la plus éclatante vérification. J'aurai à revenir là-dessus avec plus de détails, en commentant, ainsi que je me le propose, la noble et profonde étude de notre ami Diner-Dénes sur Karl Marx, ainsi que le livre de jeunesse d'Engels, la situation des classes laborieuses en Angleterre, dont Bracke vient de faire paraître la traduction. Mais surtout, qu'à ce décri du marxisme on ne s'avise pas de mêler le nom de Jaurès. Jaurès a repensé le marxisme et, par là même, il l'a profondément empreint de son génie personnel. Il l'a tout à fait rectifié et amplifié, il l'a animé d'un souffle, et, si je puis dire, d'une intention d' "intelligence" et de sensibilité qui lui était propre. Mais Jaurès n'a jamais varié une seule minute dans son adhésion complète et sans réserve aux thèmes essentiels de la pensée marxiste: théorie de la valeur, dialectique de l'histoire, action de classe, organisation internationale du prolétariat. Qu'on prenne la conférence fameuse prononcée aux Sociétés savantes sur la controverse Bernstein-Kautsky, qu'on relise l'Armée nouvelle; on se rendra compte qu'en trente ans, la position de Jaurès n'a rien perdu de sa netteté et de sa fermeté. Opposer Jaurès à Marx serait un non-sens, Jaurès était marxiste. Dans l'état présent des choses, un socialiste antimarxiste ne serait plus socialiste et deviendrait rapidement un antisocialiste.

Comment nous dégagerions - nous d'ailleurs de cette identité entre socialisme et marxisme, quand ce sont nos plus enragés ou nos plus cyniques adversaires qui en font état contre nous? Je m'explique. Marxisme est le nom qu'en France et ailleurs, on a toujours donné au socialisme lorsqu'on voulait le combattre, le vilipender, l'extirper. Quand le Temps cherche à inspirer aux honnêtes radicaux français le dégoût et l'horreur de notre maléfique parti - c'est-à-dire cinq ou six fois par semaine - il nous traite de marxistes et non de socialistes. C'est au marxisme que Mussolini a déclaré la guerre. C'est le marxisme que Hitler, Goering et leurs bandes prétendent arracher du sol allemand. Quiconque s'attaque au socialisme, quiconque veut le tourner en dérision ou en faire un objet de haine, le qualifie de marxisme. Raison de plus pour relever orgueilleusement, comme jadis les Gueux de Guillaume d'Orange, le nom sous lequel on prétend nous railler ou nous accabler. Oui nous sommes marxistes, oui nous sommes internationalistes. Nous savons parfaitement à quoi cette profession de foi nous expose. Nous savons que les ennemis du socialisme continueront comme par le passé à dénoncer en nous les sans-patrie, les traîtres, les avocats ou les agents de l'Allemagne. Peu importe, pourvu qu'aucun socialiste ne leur prête, par ses imprudences, un involontaire appui.

Tag(s) : #le socialisme français avant 71, #textes historiques

Partager cet article

Repost 0